Football : Stade Lavallois MFC - Stade de Reims (avant-match)

Publié le par Neibaf Levuahc

 

Cette fois, c'est la fin...

 

 

 

null

 

                                              
                                                http://eurodbfoot.com/club/Stade-de-Reims.png


By Fabien CHAUVEL

 

 

Après une humiliation totale au Mans, dans le magnifique MMArena, un stade où les Lavallois risquent fortement d'y retourner vu la situation actuelle des Sarthois, les Tangos se devaient de réagir face à une équipe qui jouait encore son maintien. Malgré un bon début de match et un avantage au score à la mi-temps, les joueurs de Philippe Hinschberger sont repartis avec une défaite cuisante (2-3). Une défaite qui s'est dessinée dans le dernier quart d'heure après des errements défensifs terribles des Mayennais. Une défaite, qui ajoutée à celle du Mans, a fait sortir le coach lavallois de ses gonds. Notamment contre Khiter. Pour oublier ce phénomène catastrophique des déplacements, les Orange et Noir ont l'occasion de relever un ultime défi : conserver leur invincibilité à domicile. Cela passe par un résultat contre une équipe libérée de tout poids : le Stade de Reims.

De retour en Ligue 2 après un bref passage en National et la rénovation de leur stade Auguste Delaune en façon plus moderne, et avec un effectif remanié, les dirigeants abordaient la saison avec prudence. Même si Hubert Fournier, le coach rémois, peut compter sur des joueurs de qualité et d'expérience, comme Fauré, Toudic ou encore Biancalani, qui peuvent guider des jeunes prometteurs, comme Krychowiak, Deux ou encore Glombard. Un mélange intéressant. Mais comme toute mayonnaise, il faut qu'elle prenne. Et ce temps d'adaptation, il aura duré longtemps pour les Champenois. Car, malgré beaucoup d'envie, les résultats ne sont pas là. Les Rémois ne décrochent ainsi leur première victoire que lors de la septième journée face au FC Nantes. Auparavant, ils avaient hérité de la lanterne rouge du championnat... On leur promettait alors la relégation et une saison plus que délicate. Malgré un secteur offensif efficace et un parcours à domicile très honorable, Reims n'arrive pas à s'extraire de la zone de relégation. Même si un mieux se ressent dans les résultats, le club continue de lutter pour le maintien, avec jamais plus de trois points d'avance sur le premier relégable. Un peu comme Laval en somme... C'est finalement au moment d'aborder la dernière ligne droite que les hommes d'Hubert Fournier vont donner un gros coup de collier salvateur avec un joli mois d'avril notamment. Avec seulement une défaite contre Dijon, promu en Ligue 1, 11 buts marqués et 10 points pris, les Rouge et Blanc voyaient enfin le bout du tunnel pour officialiser leur renouvellement de leur bail en Ligue 2 la saison prochaine. En offrant du beau jeu, du spectacle et des buts, Reims atteint donc l'objectif fixé en début de saison : le maintien. C'est donc une équipe libérée et qui n'a plus perdu à l'extérieur depuis la fin mars que le Stade Lavallois s'apprête à affronter pour ce final de la saison 2010/2011. Et même si les résultats sont moins flamboyants en ce mois de mai, avec une seule victoire contre Sedan, les Rémois auront à coeur de bien terminer cette saison par une victoire. Et ainsi passer devant leur adversaire et hôte du soir. Et pour pourquoi pas finir dans la première partie de tableau...

 

Le 110° et dernier match du Cap'Tain Chapuis

 

Une première partie de tableau sur laquelle lorgne aussi le Stade Lavallois, même s'il a loupé de nombreuses occasions de pouvoir se hisser jusqu'à la sixième place. Même si faire aussi bien que l'an dernier où Laval avait terminé 8° du classement est désormais impossible, les Mayennais peuvent toujours espérer terminer 10°. Mais pour cela, il faudra battre Reims qui n'a plus rien à jouer et qui viendra libérer. Et quand on sait le côté joueur de cette équipe champenoise, il faudra s'en méfier.

Lors du match aller, le tout premier de cette saison, les joueurs de Reims avaient donné d'ailleurs bien du fil à retordre aux Lavallois. Surfant sur la vague euphorisante de la montée, les Rémois avaient mis d'entrée beaucoup de pression et d'envie. La sanction tomba dès la 25° minute de jeu avec un but de Fortes, annoncé d'ailleurs au Stade Rennais, un club qui nous fera toujours rêvé par son recrutement (Montaño, Boukari, Verhoek...). Les occasions champenoises allaient se multiplier mais Arnaud Balijon, face à son club formateur, multipliait les arrêts pour permettre aux siens de rester dans la rencontre. Et puis, sur un coup-franc de Jérôme Lebouc, Anthony Losilla inscrivait son premier but en Tango pour offrir le premier point de la saison au Stade Lavallois... L'un des rares et précieux points recueillis par les Lavallois à l'extérieur. Cette fois, Laval reçoit. Une réception dans sa forteresse imprenable de LeBasser, où personne n'est parvenu à venir s'y imposer. Même Evian-Thonon-Gaillard, futur champion, est venu s'y casser les dents, alors qu'il menait 2-0 à la mi-temps. Rien ne semble atteindre les Orange à Noir à domicile, même quand la situation semble au plus mal. Même quand Laval n'est pas au mieux de sa forme et bafouille son football. Même quand son public le hue et siffle plutôt que l'encourage. Laval a su le faire 18 fois. Pourquoi pas une 19° ? Parce qu'il y a de nombreux absents. Parce que l'impression qui domine chez les joueurs est une impression de vacances et de relâchement total. Parce que Laval vient de se prendre sept buts pour seulement deux marqués. Autant de signes qui font que... Le doute peut s'installer. Mais un challenge est un challenge. Et rester invincible à domicile serait une prouesse remarquable, puisqu'aucun club professionnel français n'a fait aussi bien. Mais ce match sera surtout le match des adieux. Des adieux pour de nombreux joueurs figurant sur la feuille de match. Pichot, Stinat, Coué, Zola, Khiter, Nabab, Puig... Sans oublier les supends de Genest et Levrat. Mais surtout, ce sera les adieux de Johann Chapuis après trois ans de service au club. Et une dernière saison catastrophique, où il a multiplié les boulettes et qui a certainement forcé son départ. Un capitaine qui jouera son 110° et dernier match de championnat avec Laval. Un homme d'honneur et toujours fidèle pour le club. Un homme de vestiaire aussi. Mais n'attendez pas une quelconque cérémonie de départ. Il n'en veut pas. Il n'a pas prévu de s'éterniser au cocktail non plus. Parce qu'il n'aime pas les tapes dans le dos, parce que les adieux, c'est certainement pas son truc. Surtout, ce qu'il appréhende, c'est de sortir à quelques minutes de la fin pour recevoir une pseudo standing ovation. "Je m'y attends, ouais. Je trouve ça nul. Je ne mérite pas plus ça qu'un gars comme Mathieu Puig, qui a passé comme moi trois ans ici. On croit que c'est une façon de faire passer la pilule. Pas après ce qui s'est passé." Chacun y comprendra ce qu'il doit comprendre. En tout cas, ce n'est pas dans la joie et la bonne humeur que ses adieux se feront. Avec une certaine amertume. Pour une drôle de fin. Un triste fin qui pourrait me laisser sur la mienne... de faim.

 

 

Le Groupe Lavallois : Pichot - Chapuis, Talmont, Stinat, Coué - Levrat, Mendy, Puig, Gonçalvès, Losilla, Zola, Khiter - Nabab, Gimbert, Genest, Makiese.

 

Mon Onze de Départ : Pichot - Gonçalvès, Chapuis, Talmont, Stinat - Nabab, Losilla, Levrat, Genest - Gimbert, Makiese. 

 

Mon pronostic : Après les deux échecs plus que cuisants dans les deux matchs à l'extérieur successifs au Mans et à Troyes, les Tangos, malgré de nombreuses absences dans le groupe de départ, devront encore défendre leur invincibilité à domicile pour bien clore la saison devant un public qui sera encore plus fidèle qu'à l'accoutumée. Certes, les vacances sont là et les derniers efforts. Mais face à un adversaire lui aussi libéré du maintien, on devrait avoir le droit à une belle partie de football. A moins que les faussetés techniques ne gâchent le tout... Alors, pour bien faire la fête et passer de bonnes vacances, on va y croire. Une dernière fois. 3-1 pour Laval. Au pire, j'me plaindrais demain...

 

Le + musical : Comme c'est le dernier match, il est temps un peu de faire un bilan. Musical bien entendu, ce qui est un peu mon domaine de prédilection dans ma faible culture générale. Et comme bilan, j'ai juste envie de vous proposer une petite playlist de titres, en dédicaces à plusieurs personnes des trois dernières années de ma vie. En souvenir d'une soirée bien agréable passée en leur compagnie. Sans aucun ordre de préférence, je vous propose donc tout d'abord The Hives avec "Tick Tick Boom". Puis Psy4 de la Rime avec "En avant les Marseillais". Puis je continue avec Keen'V avec "J'aimerais trop". Puis je continue avec Lordi et "Hard Rock Hallelujah". Avant de conclure par un double Lady Gaga, avec "Judas" et "Paparazzi". Et en bonus, parce que je l'aime, et parce qu'elle fait pleurer par son talent, je vous repropose ma petite Lina avec sa reprise de "Hummingbird" de Cocoon. Avec ça, vous avez de quoi vous faire kiffer vos oreilles...

Publié dans Football

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gars Audrey 09/06/2011 10:28


"Kiffer ses oreilles" ? Fabien, ça va ?! ;)


Neibaf Levuahc 09/06/2011 14:43


Ca va très bien Audrey =) C'est juste que là, y a vraiment plus de règles. C'est la fin du blog... Il n'intéresse que moi, donc dans l'absolu, il n'a pas lieu d'être. ;)